Loi renseignement : « une arme redoutable entre de mauvaises mains » s’inquiète Marc Trévidic

Je crois qu’il y a lieu d’être forts inquiets des dérives qui ne vont pas manquer, car la loi ne fera que renforcer des habitudes déjà ancrées. Et puis il faut craindre encore plus pour la sécurité d’une manière générale….car, en élargissant davantage le faisceau des écoutes qui ont déjà montré leurs inefficacités en laissant passer à travers les mailles du filet des lascars comme ceux qui ont commis les actes criminels tels que nous avons vu à Toulouse ou à Paris, comment pourrions-nous penser que nous serons mieux protégés en surveillant les moindres blogueurs de France et de Navarre dont le seul délit est de parler ouvertement de ce que les puissants veulent cacher ?

La sécurité des politiques ou des industriels sera parfaite, oui, à n’en pas douter. Mais la nôtre, qui s’en inquiétera alors que jusqu’à aujourd’hui les lampistes ont toujours été roulés dans la farine ?

Récupérée sur FB où elle circule largement !

Récupérée sur FB où elle circule largement !

« Au micro d’Yves Calvi, le juge antiterroriste Marc Trévidic a dénoncé les risques potentiels de la loi sur le renseignement actuellement en débat à l’Assemblée : « Quand une loi me paraît dangereuse, je suis inquiet ». Le texte de loi doit donner un cadre légal aux pratiques, souvent officieuses, des services de renseignement, notamment en matière d’interceptions des appels, des SMS et des mails. Une surveillance extrajudiciaire, avec l’aval du premier ministre, qui prévoirait également la mise en place de « boîtes noires », observant les données de connexion de tous les internautes.

« Il y a une absence de contrôle totale dans cette loi » estime le juge, évoquant le manque de protection des citoyens vis à vis de l’État dans le projet de loi. Pour le juge, attaché aux libertés individuelles, cette loi constitue une « arme redoutable » si elle est mise entre de « mauvaises mains ». « C’est une loi qui peut être utilisée à mauvaise escient » insiste celui qui a travaillé aux affaires terroristes les plus sensibles. Il a notamment été chargé d’instruire l’affaire des moines de Tibhirine, tués en Algérie en 1996 ou celle de l’attentat de Karachi en 2002. Un poste qu’il estime « très lourd à porter ».

« Soulagé de partir  » confie t-il, le juge star du parquet de Paris, sur le point de quitter son poste après dix ans d’exercice, comme le prévoit la loi, a par ailleurs rappelé la difficulté d’exercer ses fonctions comme tout autre juge : « C’est tellement politique comme domaine qu’un juge n’y trouve pas forcément son intérêt ». » (Source)

Erreur dans le ciblage !

Erreur dans le ciblage !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s