Aquila non capit muscas…

Traduction : « L’aigle n’attrape pas les mouches. » Érasme, Adages, 3, 2, 65

L’on peut voir dans ce titre une parodie dans le rapport entre les blogueurs, pauvres mouches qui osent parler tout haut des affaires de la politique, de la chose publique et/ou des affaires du monde, sujets qui nous regardent tous quoi qu’on en dise, et l’aigle qui représente le gendarme du net, le censeur au service du silence, celui qui endosse le rôle de l’empêcheur d’écrire en rond…

Or, s’il y a beaucoup d’aigles, il y a un nombre incalculable de mouches qui renaissent tous les jours de leurs cendres. Les uns gardent la Liberté d’Expression, les autres gardent le maillet. Le jeu est inégal, victimes ici, vainqueurs là, qui sait, c’est sans doute ça aussi la Vraie Démocratie ?

Bon courage à tous

Dans le fond…

 

Publicités