Panem et circenses…

Du pain et des jeux…comme au temps de l’empire romain : ça fait réfléchir !

Panem et circenses  (littéralement « pain et jeux du cirque », souvent traduite par « Du pain et des jeux ») est une expression latine utilisée dans la Rome antique pour dénoncer l’usage délibéré fait par les empereurs romains de distributions de pain et d’organisation de jeux dans le but de flatter le peuple afin de s’attirer la bienveillance de l’opinion populaire… Aujourd’hui remplacés par les diverses allocations (familiales, handicap, ex-RMI devenu RSA, logement, CMU, et autres) – à quoi il convient d’ajouter la télé avec ses infos tronquées, les jeux, la téléréalité plus bête que méchante, les séries mièvres ou moralisatrices sur la tolé-rance, les blablas shows…bref tout ce qui participe à l’endoctrinement massif des peuples qui ne doivent pas réfléchir se trouve sur le petit écran !

Et si ça ne suffit pas il reste les soirées foot, pizzas, bières entre potes !

Ici l’on pourrait se demander si Dostoïevski ne décrit pas notre réalité actuelle avec la vision franc-maçonne, en particulier le passage du « grand inquisiteur » traitant de la nature humaine, de la liberté et de la manipulation. Ou bien la dénonçait-il dans son roman ? Qui peut le dire aujourd’hui ?

Dans « Les Frères Karamazov » : le passage du grand Inquisiteur, l’auteur développe l’idée que Jésus est revenu sur Terre pour voir  l’inquisition espagnole, et, Ivan Karamazov, l’un des personnages, raconte à son frère Alexeï la confrontation entre Jésus-Christ et le Grand Inquisiteur. Le cardinal, qui a fait arrêter Jésus, projette de le mettre à mort et lui explique que pour lui, Jésus et ses disciples sont des « gêneurs » n’ont rien compris à la condition humaine ; que l’idée selon laquelle les humains sont attachés aux valeurs de Liberté et d’Amour du prochain est une interprétation erronée. Qu’en réalité, ces idées ne sont pas accessibles à la quasi-totalité des êtres humains en raison du poids qu’elles représentent pour leurs fragiles épaules ; qu’elles peuvent même les pousser à des comportements voisines de la folie. L’homme est une créature trop faible qui à besoin  d’être guidé. Il faut donc que quelques-uns se sacrifient et acceptent de porter le fardeau et de gérer l’humanité en utilisant les leviers pratiques et éternels de la manipulation. Lui, le Grand Inquisiteur et ses partisans, au contraire, ont parfaitement compris les besoins et les attentes réelles de la société des Hommes, pour lesquels il se targue de trouver les voies « efficaces » qui mèneront l’humanité au bonheur… !  (Source)

Jeux vidéos sur tablettes ou Smartphones

Jeux vidéos sur tablettes ou Smartphones

Source Minutebuzz

L’inquisiteur représente et défend cette « Église ou à tout le moins cette société de l’efficacité », que Jésus risque encore de déranger. L’inquisiteur va même jusqu’à reconnaître qu’il est avec le démon : « Nous ne sommes pas avec Toi, mais avec lui, depuis longtemps déjà. » Il reconnaît que son action consiste à manipuler et à berner les humains : « Ils mourront paisiblement, ils s’éteindront doucement en ton nom, et dans l’au-delà, ils ne trouveront que la mort. »

« L’inquisiteur assure Jésus de ses bonnes intentions. On pourra le considérer comme un véritable martyr, qui se sera sacrifié en passant sa vie à œuvrer et à choisir au nom de l’humanité : le genre humain vivra et mourra dans l’ignorance. En marche vers la mort et la destruction, ils n’en seront pas moins heureux. Être réaliste : « ils ne sauront jamais répartir [le pain] entre eux ! ». La majorité des hommes préfère le bonheur même au prix de l’aliénation à ceux qui les nourrissent. L’image du pain symbolise le dualisme de la liberté et de la responsabilité. Choisir entre bien et mal, prendre des décisions et assumer les conséquences de l’action. Trop difficile ! Trop douloureux !

https://leblogdelafeelee.files.wordpress.com/2014/07/facebook-addict.jpg?w=500

C’est flippant…. Ainsi au terme d’une vie totalement aliénée et heureuse les hommes disparaissent, inconscients mais heureux et non coupables. La faute serait alors portée par la minorité des bergers manipulateurs. Mais – au bout du compte – qui pourra les déclarer coupables d’actions qui ont conduit le plus grand nombre à un certain niveau de bonheur ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s